le collectif Mosellan de lutte contre la misère .

Publié le par Gus

- le collectif Mosellan de lutte contre la misère .   ( contact: Denis MACIAZEK denis.maciazek@numericable.fr   06 71 13 03 32  Tél.  fixe :03 87 66 37 11 ) 

- Présentation du collectif . - le comité mosellan de lutte contre la misère  Créé à Metz en 2002.     Ses actions publiques et propositions portent sur les questions concernant les situations de précarité des personnes et leur suivi social ainsi que sur les questions concernant le logement social et l’hébergement d’urgence en Moselle.  3 rue Gambetta  57000 METZ  .   ( Rassemble : Acat, AC! Metz et Nord de la Lorraine, ACORO, ATTAC 57, Culture et Loisirs, CGT,G10 solidaires, LCR, LDH, MJS, MRAP, PCF (Rep), Unef, Médecins du Monde, Resf57. )

 

 -Actualité   Posté le 10 Octobre

Journée mondiale du refus de la misère  Mardi  17 octobre 2006     
« Ensemble contre l’exclusion : Justice et Fraternité »
Venez nous rejoindre à Metz: et entrer en résistance contre la pauvreté et l'exclusion :
   - REAGIR - face à l'injustice.
   - S'ASSOCIER - pour construire des solutions ensemble.
   - FAIRE BOUGER - chaque citoyen
   - S'ENGAGER -  dans le temps pour bâtir une société plus juste et fraternelle.
    - INTERPELLER - contre le scandale de l'indifférence.
 à 17 h 00 -Rendez-vous colonne de Merten  rue Serpenoise à Metz.  - Marche silencieuse avec tous les citoyens, prêts à s’engager dans une démarche de justice et de fraternité.
à 18 h 00 - Rassemblement autour de la dalle           sur le Pont St Georges.
  - Prise de paroles, lectures de  témoignages,  chants… 
 
Cette invitation est proposée par :ATD Quart Monde – Amnesty International – ATTAC - AIEM (Association d’Information et d’Entraide Mosellane) – ACE (Action Catholique de l’Enfance) – ACAT (Association des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture) – CASAM               ( Collectif d’accueil des solliciteurs d’asile en Moselle) -  Centre Mosellan des Droits de l’Homme – Collectif Mosellan de Lutte contre la Misère – CCFD - CFDT Moselle – Equipe rue – Foyer St. Eloy Woippy – Ligue des Droits de l’Homme -  Mouvement du Nid-  Secours Catholique – Société Saint Vincent de Paul. RESF 57 (Réseau d’Education Sans frontière)- MRAP.
 

 

 

 

 

  - Archives 

Au 23 Septembre ...

APPEL
du Comite local messin d’initiative
pour un rassemblement antilibéral de gauche
et des candidatures communes
 
Le 29 mai 2005, en votant NON lors du référendum sur le traité constitutionnel européen, une majorité populaire a prouvé qu’elle pouvait déjouer les plans de la quasi-totalité des médias et des appareils politiques, du patronat et parfois même des directions de certains syndicats. C’est un événement majeur dans l’histoire démocratique de notre pays. C’est la preuve que rien n’est écrit et que, tous ensemble, nous pouvons changer la donne.
 
Le combat électoral ne peut et ne doit se résumer à un affrontement entre une droite ultra-libérale et autoritaire et une gauche social-libérale. Il existe une orientation alternative à gauche, en rupture avec le libéralisme et porteuse de propositions pour une transformation sociale et démocratique de notre pays.
 
Les luttes de ces dernières années (retraites, CPE) démontrent un fort rejet du libéralisme. Il faut un débouché politique redonnant l’espoir d’une société plus juste et plus solidaire aux chômeurs, précaires, salariés, étudiants, femmes, immigrés … aujourd’hui trop souvent victimes d’un pouvoir qui ne sait qu’opposer la répression aux légitimes revendications d’un peuple qui souffre.
 
Un appel national pour un rassemblement antilibéral de gauche et pour des candidatures communes en 2007 et 2008 a été lancé en mai, signé par des militants citoyens et plusieurs organisations politiques. Partout en France se multiplient des comités locaux qui s’inscrivent dans cette initiative. Au-delà des partis et courants politiques, des militants associatifs, des syndicalistes et des citoyens s’impliquent dans ce mouvement. Il s’agit de créer une véritable dynamique qui mobilise et rende actrices et acteurs toutes celles et tous ceux qui refusent une société où une minorité détentrice du capital accapare la richesse au détriment d’une majorité qui a de plus en plus de mal à vivre dignement par son travail.
 
Notre objectif est de mettre en débat des propositions alternatives aux orientations gouvernementales à l’œuvre depuis plus de vingt ans. Nous avons fait notre la Charte pour une alternative au libéralisme élaborée par les collectifs du 29 mai et nous vous proposons de nous rejoindre pour la transformer en un programme de gouvernement. La victoire est non seulement possible, elle est nécessaire et dépendra de chacune et de chacun d’entre nous. Nous ne partons pas pour faire un “ coup ” électoral. Il s’agit de construire dans la durée un rassemblement durable des forces antilibérales de gauche. Changer la gauche pour que ça change vraiment et durablement.
Les membres du comité local messin d’initiative pour un rassemblement antilibéral de gauche et des candidatures communes vous invitent à venir en débattre lors de la réunion publique qui se tiendra :
 
Jeudi 5 octobre 2006 à 20h
Maison des associations
1 rue du Coëtlosquet à METZ
Quelques éléments de la Charte pour une alternative au libéralisme élaborée par les collectifs du 29 mai constituant le socle qui nous rassemble :
1. Sécuriser l’emploi et augmenter le niveau de vie. Pour en finir avec la faillite sociale du libéralisme
Il faut une nouvelle politique fondée sur des principes clairs. Il faut construire un nouveau cadre pour le travail et l’emploi et assurer à chacun un emploi et un revenu décent ainsi que des moyens au service d’une politique de l’emploi.
2. Installer un socle de droits collectifs et individuels
Nous n’admettons ni la fatalité du chômage ni celle de la précarité. La norme doit devenir celle de la sécurisation de l’emploi, des revenus et de la formation. L’emploi n’est pas une variable d’ajustement mais un droit social, qui doit être reconnu par la Constitution et doit faire l’objet de politiques cohérentes visant à éradiquer le chômage.
3. Réaliser l’égalité hommes/femmes
Les droits des femmes doivent devenir une exigence éthique et démocratique. Nous devons mettre la réalisation de l’égalité entre femmes et hommes au rang des valeurs fondamentales. Elle fait partie de nos priorités et nous proposons une politique volontariste et cohérente en la matière.
4. Reconquérir les services publics et élargir l’appropriation sociale
Le développement des services publics est la garantie première de la mise en œuvre égale des droits fondamentaux, de leur accessibilité à toutes et à tous, sur tout le territoire. La Constitution doit reconnaître leur rôle et leurs principes intangibles : égalité d’accès, continuité territoriale et péréquation. Ce principe fondamental d’une société solidaire est contredit par la logique de privatisation qui a prévalu depuis une vingtaine d’années.
5. Engager des politiques publiques actives, avec des moyens correspondants
Pour contredire la logique de la main libre aux marchés financiers, il faut agir avec détermination. Plusieurs types d’interventions et de moyens doivent être combinés.
6. Assurer un renouveau démocratique
Dans la reconstruction que nous proposons, la dynamique démocratique n’est pas un supplément d’âme. C’est une rupture démocratique que nous entendons promouvoir. Face aux choix dictés par une minorité qui détient tous les leviers de commande, il faut mettre la souveraineté populaire au centre de notre projet démocratique.
7. Initier un nouveau type de développement
La logique du libéralisme est par nature gaspilleuse et prédatrice. À sa place, il convient de mettre en œuvre une conception radicalement différente du développement : économe en ressources naturelles, écologique, respectueuse de l’environnement, centrée sur le développement des capacités humaines et le respect de la diversité culturelle.
8. Construire une autre Europe dans un autre monde
L’Europe constitue un enjeu particulièrement décisif : la signature de la France devra être définitivement retirée au bas du TCE. Nous proposons que l’Union européenne abolisse la primauté donnée au principe du respect l’économie de marché, où la concurrence est libre et non faussée. Les traités actuels qui régissent l’Union seront abrogés et remplacés par de nouveaux textes fondateurs. Un processus démocratique et populaire pourvoira à ce remplacement. Sa méthode doit être débattue.
 
Comité local messin pour un Rassemblement antilibéral de gauche et des candidatures communes en 2007-2008,
7 rue des Frères Lacretelle 57000 METZ http://www.alternativeunitaire2007.org/

 

 

 

 

 

 

 

- Au 23 Septembre   . Vous êtes cordialement invité(e) à participer à la prochaine réunion du collectif qui se tiendra :   MARDI 26 septembre 2006  à 19 h locaux de la CGT 8 rue des trinitaires à Metz (3ème étage) 

 L'ordre du jour est le suivant : Point sur le suivi des dossiers d’expulsions locatives    Point sur les revendications du collectif portées depuis 2004    Questions diverses .

 

 

 

 

 

 

 

 

- Au  31 Mai  2006   Retrait de l'amendement Ollier et des nombreuses autres mesures régressives contenues dans la loi ENL .

Bonjour,  le collectif était représenté hier soir mardi 30 mai à la réunion préparatoire à ATD Quart Monde avec plusieurs autres associations pour préparer la journée mondiale de la misère en 2006. Il en sera rendu compte lors de la prochaine réunion du collectif 
 
D'autre part, une délégation du collectif se rendra jeudi 1er juin à la mairie de Woippy pour rencontrer le député maire de cette ville afin d'évoquer le cas particulier d'expulsion locative qui a mobilisé de nombreux habitants du quartier et conduit à la manifestation du 18 avril dernier. ...
 

Voici un COMMUNIQUÉ de Droit Au Logement  :
Retrait de l'amendement Ollier et des nombreuses autres mesures régressives contenues dans la loi ENL .

Droit Au Logement dénonce l'amendement Ollier qui édulcore encore un peu plus l'obligation pour chaque commune de réaliser 20% de logements sociaux.
Outre les petits grignotages mesquins opérés depuis quelques années par la droite parlementaire, cette disposition avait perdu une partie de son impact lorsque  les PLS, logements destinés aux couches moyennes aisées  (75% des ménages sont éligibles à un PLS), avaient été compté comme du logement social.

Si l'article 55 ne constitue pas l’unique solution  pour lutter contre la crise du logement, en l'état du dispositif, il n'en est pas moins une mesure emblématique de lutte contre les discriminations urbaines et les ghettos de riches . Il faudrait porter cette obligation à 25% de logements sociaux pour avoir un réel impact contre la crise du logement.

Droit Au Logement dénonce également avec force de nombreuses mesures régressives contenues dans la loi ENL et demande leur retrait  :
- La vente de logements sociaux à des particuliers, qui plus est au rabais, qui pourront après 5 ans les revendre au meilleur prix ou les louer au prix du marché. Cette mesure devrait par exemple permettre à Sarkosy de poursuivre "l'épuration sociale" en cours dans les Hauts de Seine.
- La liquidation de la Loi de 48, qui régulait les loyers de 200 000 à 300 000 logements du parc locatif privé. Aucune contrepartie sociale n'a été exigée auprès de bailleurs privés qui n'ont jamais connu une situation financière aussi favorable depuis la 1ère guerre mondiale.
- La suppression du règlement départemental d'attribution des logements sociaux, qui libère les bailleurs sociaux, les maires et les collecteurs du 1% logement  des contraintes et des priorités générales fixées par le Préfet, et réouvre la voie à l'arbitraire et au clientélisme dans les attributions de logements sociaux.
- La facilitation des démolitions de HLM hors ANRU, par la suppression du droit au maintien dans les lieux des locataires et de l'obligation de réaliser en lieu et place des logements neufs en plus grande quantité. Ainsi, le Maire de Poissy qui s'est vu recalé par l'ANRU, obtiens le moyen de virer les habitants de la Coudray sans aucune contrepartie sociale, muni d'une simple autorisation du Préfet ...

A n'en pas douter, de nombreuses autres  mesures régressives se cachent dans ce texte de loi rendu délibérément illisible par sa rédaction technique et l'inflation des articles, dont le nombre a été multiplié par 10.
Nous pensons à la privatisation des offices HLM,  aux différentes mesures qui affaiblissent les dispositifs d'aide aux mal logés et aux sans logis ( plan départemental pour le logement des plus démunis,  accords collectifs départementaux ...).

Droit Au Logement  demande le retrait de toutes ces dispositions régressives car elles auront pour conséquences de renforcer la spéculation, la chèreté du logement et les égoïsmes locaux, d'affaiblir les rares contre feux sociaux existants,  et  d'aggraver la crise et la précarité du logement pour les ménages modestes, immigrés, jeunes, handicapés ....

Droit au logement demande le droit au logement pour tous et opposable, l'arrêt des expulsions et le relogement préalable, l'application de la loi de réquisition pour répondre aux urgences.

-  Février 2006 La délégation du collectif mosellan de lutte contre la misère, reçue en préfecture de la Moselle le 6 janvier 2006, à l'occasion de la visite du président Chirac à Metz a constaté une réelle avancée sur plusieurs des 12 revendications portées depuis plus d'un an et qui sont soutenues aujourd'hui par plus de 5000 personnes en Moselle.    Une nouvelle audience en préfecture est prévue avant la fin de la période hivernale pour faire le point sur les questions relatives aux logements sociaux et à l'hébergement d'urgence.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article